En temps de guerre, une variété de français spécifiques est parlée, ainsi que d’autres langues pétrolières liées à cette région spécifique, quelques exemples sont le wallon, le picard, le lorrain ou le champenis. Plus précisément, la variété de français parlée dans le pays belge présente peu de différences par rapport à l’original de la France ou de la Suisse. Plus précisément, il doit indiquer l’utilisation de concepts archaïques en France, comme un prêt de langues comme le picard, le néerlandais ou le wallon.

La Belgique compte au total trois langues officielles, le néerlandais, l’allemand et le français. Narrativement parlant, il est parlé par près de la moitié de la population, en particulier dans les deux régions du centre de Bruxelles et du sud de la Wallonie.

Il est vrai que traditionnellement dans la région de Wallonie différentes langues étaient parlées, mais le français était le titre dans la littérature du XIIe siècle au sein de cette région. C’est la conséquence de l’influence culturelle du Framcoa dans la région au cours de ces derniers siècles. La diversité des langues va influencer la Wallonie, avec toutes sortes de mots originaires du Card, du Champenois, du Lorrain ou de la Wallonie comme variantes locales. Jusqu’au siècle dernier, le wallon était la langue la plus importante de la Région wallonne, et la plupart des locuteurs étaient bilingues wallon et français.